Méditation

 

Cette méditation est extraite du livre "Par l'Esprit du Soleil" de Daniel Meurois et Anne Givaudan.

Elle est fortement recommandée lorsque l'on a une décision à prendre et que l'on hésite, ou lorsque l'on souhaite une réponse à une question. On ressort de la méditation avec une conviction inébranlable. On sait !

"Je vous suggère de vous asseoir à même le sol à chaque réveil, où que vous soyez, de fermer vos paupières et d'étendre vos oreilles jusqu'à l'infini. L'infini n'est pas autour de vous ; les vibrations ronflantes du métro où la cloche de l'église voisine ne s'y manifestent pas. Tout cela c'est votre « fini », ses prolongements s'étendent peut-être sur des milliers de kilomètres autour de votre planète mais guère plus. L'infini vers lequel je vous demande de tendre l'oreille à chaque réveil est intérieur, il va s'exprimer dans le silence que vous allez y révéler.

Faites de ce court instant un instant sacré, secret, ou tout se crée, pendant lequel ce que vous croyez être votre vie, se met de lui-même entre parenthèses. Vous entendrez tout d'abord une espèce de bourdonnement ou de sifflement de plus en plus aigu. Ne vous y arrêtez pas, ce n'est pas vraiment vers son centre que votre intention doit se porter car il résulte seulement du courant d'énergie vitale qui circule à travers vous. Vous devez aller au-delà, jusqu'à l'essence qui se cache derrière lui. Ce sera alors comme si un point blanc se manifestait au creux de votre poitrine, un point de lumière immaculée, tout-petit d'abord puis qui va ressembler à une porte ... et cette porte, mes amis, vous l'ouvrirez... Elle ne demandera d'ailleurs qu'à être poussée parce que derrière elle attend votre propre joyau, celui de votre Paix et des réponses à vos questions.

En vérité, c'est face à vous-même que vous trouverez. Peut-être cette présence immaculée prendra-t-elle les traits de vos frères le Christ ou le Bouddha, mais quoi de plus logique... vous êtes en eux et ils sont en vous, ils sont vos interprètes, je vous l'affirme à nouveau ! Dès l'instant où vous aurez franchi votre porte, formulez une question, toute simple, précise, claire... La réponse vous en viendra paisiblement, peut-être pas par des mots, mais par une sensation spontanée, une image, une conviction inébranlable.

Une telle démarche s'apprend. Bien sûr, il faut un peu de persévérance, mais guère plus. Elle demande surtout à ce que vous laissiez tomber jusqu'à vos pieds toutes les raisons de votre volonté personnelle. Votre sur-être n'est pas intéressé par ses arguments, il ne répond qu'à l'intonation de votre coeur qui, elle, est de toute confiance.
Avant tout, ne cherchez pas à savoir... Ne serait-ce que durant ces quelques minutes, abandonnez votre « je souffre », votre « je veux », oubliez votre front de bélier ou votre rugissement de lion pour n'être plus que vous-même qui va demander sans artifice et qui va recevoir simplement.
Je vous l'assure, amis de ce monde, vous ne pourrez manquer de recevoir... Peut-être pas toujours comme vous l'imaginez... Mais vous recevrez plus que de quoi étancher votre soif au creux de vos mains. Ainsi, vous le voyez, ce n'est pas un calice qu'il faut présenter mais seulement vos mains prêtes à recueillir.

Le joyau, le réservoir de lumière et de connaissance qui palpitent derrière cette porte que vous allez pousser sont votre vraie et seule richesse. Pourquoi refuser d'y puiser ? Vous voudriez que l'on vous montre que cela est une réalité et non la chimère d'un esprit mystique ? Alors, ayez l'humilité de faire le premier pas vers vous-même. Vous ne servez pas la cause personnelle de quelques gourous, mais la vôtre dans ce qu'elle a de plus vaste, c'est-à-dire enfin la Vie ! Ce pas là, ayez le courage de l'accomplir vraiment, même s'il vous semble le poser dans le vide ou l'inconnu, car là où vous allez, le paraître s'éteint de lui-même.

Il n'y a pas de mode d'emploi ni pour briser vos chaînes ni pour l'Illumination. Cela ne coûtera jamais tant de dollars en temps de semaine. Les mortifications n'accompliront pas non plus cette tâche. Vous n'êtes pas nés pour souffrir ; on élève pas réellement l'âme et l'esprit en brisant le corps. L'animal sait tout cela, car il l'a laissé inscrit en lui. Sa détente est une vraie détente, son jeu est un vrai jeu, son amour un abandon sans réserve."

Surtout, comme indiqué ci-dessus, essayez de faire cette méditation avec une bonne volonté, avec le coeur et même si elle n'est pas faite parfaitement elle donne des résultats, des réponses à nos questions.

 

Pour faciliter votre méditation nous vous l'avons enregistré.

Fichier mp3

Pour recevoir nos informations
Un livre électronique en cadeau

 

 

Partager
Facebook Twitter